SANTÉ ET RECHERCHE

Laboratoires de pathologie à l’Hôpital du Saint-Sacrament

  • ANNÉE : 2014
  • EMPLACEMENT : Québec
  • CATÉGORIE : Santé et Recherche
SANTÉ ET RECHERCHE

Laboratoires de pathologie à l'Hôpital du Saint-Sacrament

Travaux majeurs dans les ailes J, K et L de l’Hôpital Saint-Sacrement, pour l’aménagement des laboratoires de pathologie, incluant de nouveaux réseaux électromécaniques et une salle de mécanique dédiée

ANNÉE

2014

LIEU DE RÉALISATION

Hôpital du Saint-Sacrament

NOM DU CLIENT

CHA (Centre hospitalier affilié universitaire de Québec)

CONSORTIUM

Harvey, Villeneuve, Hale Architectes

Le projet consistait en un réaménagement majeur  de 1800m² de l’Hôpital du Saint-Sacrement, afin d’y relocaliser le département de pathologie et de ses locaux de formation et zones administratives. Le projet comprend également la mise aux normes des réseaux électromécaniques complexes, l’aménagement d’une salle de mécanique spécifiquement dédiée aux laboratoires, ajout d’une génératrice, etc.

L’un des défis de ce projet réside dans la typologie de construction du bâtiment datant des années 1960 et de ses infrastructures contraignantes : les espaces disponibles sont linéaires, étroits et structurés avec une trame de colonnes de chaque côté du corridor central. Il s’agissait d’un défi en soi que de faire entrer tous les m² programmatiques dans cet espace exigu, considérant les équipements, les postes de travail et leurs dégagements requis, tout en répondant aux exigences fonctionnelles, ergonomiques et expérientielles : En déportant le corridor le long du mur sud, il fut possible d’aménager les 2 importants laboratoires dans un volume plus large, permettant une meilleure ergonomie et efficacité des processus. Ce geste permit également de faire bénéficier tous ces espaces de travail de l’abondante lumière naturelle provenant de percées visuelles vers l’extérieur par le biais de la transparence maximisée des cloisons de la circulation. De plus, les zones limitrophes étaient occupées : toutes les notions d’asepsie, de prévention des infections, de contrôle des poussières et de phasage des travaux devaient être considérées et respectées rigoureusement.

En plus des particularités inhérentes à l’aménagement de laboratoires et de coordination multidisciplinaire qu’ils impliquent, Mme Harvey sut relever avec succès les défis que comportait ce projet, concernant le désamiantage majeur (contrôle des coûts), le renforcement sismique ainsi que la distribution difficile des services mécaniques.